Construction moderne : choisir une maison mitoyenne est-elle une bonne idée ?

Vivre avec les autres tout en ayant votre maison individuelle, c’est possible grâce à la mitoyenneté. En pratique, vous avez deux maisons collées l’une à l’autre. Cela dit, au lieu d’un appartement, c’est bel et bien une maison. Les avantages de ce choix sont nombreux. Parfois, c’est également une nécessité, pour partager l’achat du terrain. Mais il faudrait connaître toutes les règles qui gouvernent ce mécanisme pour comprendre son opportunité.

Les avantages de la mitoyenneté dans la construction moderne

Trouver un beau terrain n’est pas une mince affaire. Les bons emplacements se font rares. Dans ce cas, vous avez la possibilité de vous mettre à deux, à trois, ou même à quatre pour acquérir le même terrain si bien placé. Bien évidemment, il faudra que le terrain puisse accueillir le nombre de constructions envisagées en plus de respecter les dispositions du Plan local d’urbanisme. Une fois les maisons érigées, chacun sera chez soi.

Un autre avantage relève du coût de la construction des maisons mitoyennes. Ils seront moins importants, vu qu’il s’agit a priori d’une seule entité. Les frais seront partagés entre les différents propriétaires. Les entrepreneurs peuvent également vous concéder un rabais pour la construction d’un lot de maisons.

Un dernier avantage est d’ordre pratique. Une maison mitoyenne est facile à isoler. Les murs étant collés, la chaleur aura du mal à s’échapper par les côtés. Selon les experts en construction de maison, les murs mitoyens améliorent naturellement la performance énergétique à hauteur de 30 ou 5%.

Quelques inconvénients tout de à connaître tout de même

Lorsque vous décidez de construire une maison mitoyenne, il vaut mieux rester en bon terme avec votre voisin. Les travaux qui touchent le mur mitoyen peuvent être effectués librement, mais votre voisin peut s’y opposer s’il considère que les travaux lui portent préjudice. Les démarches judiciaires peuvent durer des années. Avec de mauvais voisins, vous pouvez également avoir des problèmes d’intimité. Par ailleurs, le renforcement de l’isolation phonique est important.

 

Quelle convention établir pour une maison mitoyenne ?

 

Maisons mitoyennes

Vous avez le choix entre plusieurs formules juridiques. La plus simple est d’opter pour un partage tranché en parcelle depuis l’achat. Le contrat de vente précisera les parcelles de chacun des acquéreurs, établis par un notaire. De cette façon, chacun sera maître de chez lui. Cette disposition est surtout pratique lors de l’établissement d’un plan d’architecture avec un constructeur maison individuelle.

 

Mise en place d’une copropriété

 

La seconde option est la copropriété. Toutes les maisons, tout comme le terrain, seront considérées comme une copropriété. Il faudra dans ce cas établir une convention spécifique pour fixer le mode de gestion de la copropriété. Il faudra sans doute créer un syndic, ce qui peut générer des dépenses supplémentaires. Toutes les décisions devront être prises par vote, jusqu’aux moindres travaux de réhabilitation qui modifieraient de façon substantielle la propriété. Vous pouvez également vous tourner vers l’indivision. Par contre, celle-ci est connue pour générer des problèmes, surtout lorsque l’un des propriétaires décède.

 

Ériger un statut de société civile immobilière

 

Une dernière solution consiste à monter une société civile immobilière. Cette dernière formule peut être une bonne solution, à condition que les associés partagent équitablement les investissements. En cas de désaccord, le différend peut déboucher sur la vente forcée du bien. Il est en effet difficile de délimiter la part des uns et des autres. Les tribunaux prononcent souvent la dissolution et la vente aux enchères.

Enfin, à la question, est-ce opportun d’investir dans une maison mitoyenne, il l’est, à condition de prévoir scrupuleusement la relation qui va unir les propriétaires.

 

Images Pixabay – IloveIceland

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *